Massage et cancer

Écrit par les experts Ooreka

Massage et cancer peuvent désormais cohabiter puisque non seulement le massage apaise les douleurs chez une personne cancéreuse mais il favorise également la guérison.

Masseur femme dos table

Les vertus thérapeutiques du massage ne se limitent pas au massage anti-cellulite, au drainage lymphatique manuel, au massage pour femme enceinte, au massage sportif et au massage de relaxation. Il apporte également un bien-être total et s'attaque même aux maladies graves comme le cancer.

Cependant, il ne faut pas se leurrer, le massage à lui tout seul ne permet pas de venir à bout d'un cancer même s'il a été prouvé scientifiquement que les bienfaits du massage agissent sur l'état de santé d'un cancéreux.

Massage et cancer : est-ce compatible ?

La massothérapie est rarement contre-indiquée pour aider au traitement du cancer. Au contraire, les mains habiles d'un masseur maîtrisant parfaitement les différentes techniques du massage sont fréquemment sollicitées.

Les personnes cancéreuses ont souvent peur de se faire masser soit par peur d'une éventuelle contre-indication, soit par l'incertitude quant aux résultats du massage sur la guérison.

Toutefois, il faut savoir que le massage peut être à l'origine d'un soulagement des douleurs permettant au patient de mieux supporter sa maladie. Une collaboration entre médecin et massothérapeute est judicieuse pour aboutir à de meilleurs résultats à la fois sécurisants pour le patient et efficaces pour lutter contre la maladie.

Massage et cancer font donc bon ménage sous la surveillance d'un médecin.

Massage et cancer : l'importance du questionnaire médical

Souvent, les médecins ne sont pas des spécialistes de la massothérapie et ont peu de connaissances sur les bienfaits de cette pratique sur le corps.

Il appartient donc au thérapeute d'établir son propre diagnostic avant de prendre l'avis du médecin. Une fois que le massage est autorisé par ce dernier, l'existence d'un questionnaire médical portant sur des informations sur le malade, son traitement ainsi que les effets secondaires et les traitements contre-indiqués ne doit pas étonner le patient. Il s'agit d'une précaution incontournable.

La connaissance du type de cancer, son évolution dans le corps, les zones atteintes ainsi que les différents symptômes permettent au thérapeute d'ajuster les séances de massage :

  • Suivant les phases de la maladie, la pression du toucher sera différente dans chaque zone.
  • Le choix entre pression locale et régionale ou massage circulatoire d'une région dérive des résultats de ce questionnaire.

Les bienfaits du massage sur le cancer

Le massage a des vertus incontestables sur le cancer, ainsi il :

  • Renforce les effets des médicaments.
  • Agit sur l'état émotionnel et psychologique du patient en réduisant les tensions, l'anxiété et en luttant contre la dépression.
  • Apporte relaxation et détente et influe sur la guérison et la stabilisation de la maladie.
  • Soulage certaines douleurs physiques.
  • Stimule la défense immunitaire et aide à lutter contre le développement des cellules cancéreuses.
  • Réduit la tension musculaire de certains muscles dont la fonction peut être réduite suite à une opération chirurgicale.
  • Diminue l'œdème et les raideurs musculaires et apporte une meilleure mobilité.
  • Remet le malade en confiance en agissant positivement sur son humeur.
  • Lutte contre les problèmes d'insomnie.
  • Réduit le taux de cortisol (hormone du stress) et aide le malade à se sentir mieux.

Massage et cancer : les précautions à prendre

L'idée que le massage contribue au développement rapide des cellules cancéreuses a une part de vérité si certaines conditions ne sont pas respectées. Pour que le massage n'apporte que bienfaits sur le traitement du cancer il faut :

  • Avoir recours à un thérapeute professionnel : le type et les techniques de massage appliqués seront ainsi adaptés au type de cancer, aux traitements déjà suivis par le malade et surtout à la gravité et à l'évolution de la maladie. De même, le thérapeute doit être capable de situer précisément les parties du corps à masser. En effet, si un massage complet convient à certains types de cancer comme la leucémie, c'est à proscrire pour d'autres formes comme le cancer du sein.
  • Demander l'avis du médecin et obtenir son autorisation : cette précaution évitera tout risque d'incompatibilité entre traitement et massage. L'action du thérapeute doit être complémentaire avec celle du médecin traitant.
  • Tenir compte des directives du médecin.
  • Eviter les pressions locales ou régionales sur des zones où l'on identifie un emplacement cancéreux assez superficiel c'est à dire ressenti par la main. Il existe également des emplacements qualifiés de secondaires que le thérapeute doit connaître avec l'aide du médecin. Ce sont également des zones où le massage est contre-indiqué.
  • Eviter d'appliquer des pressions sur des nodules hypertrophiés : ils peuvent cacher des infections virale ou bactérienne.
  • Eviter de masser un endroit ayant subi une opération chirurgicale ainsi que les membres inférieurs. Cela évitera la création d'un terrain favorable à la formation de caillot. Seul le médecin traitant sera en mesure de préciser à partir de quel moment un massage des membres inférieurs peut être effectué sans danger pour le malade du cancer.
  • Eviter de masser un patient en radiothérapie ou en chimiothérapie en cas d'infections virale ou bactérienne.
  • Eviter tout mouvement risquant de fracturer les os car les tumeurs malignes des os tendent à les fragiliser.
  • Eviter d'utiliser les percussions ou les techniques de friction profonde utilisant uniquement le pouce ou le doigt. Au contraire, il faut utiliser toute la main et tous les doigts.

Pour aller plus loin


Produits



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !