La friction

Écrit par les experts Ooreka

La friction fait partie de la catégorie des massages en profondeur. Source de bien-être, elle dénoue les nœuds soulageant ainsi certaines douleurs musculaires.

Friction bas de jambes

Dans le massage thérapeutique, la friction fait également partie des solutions destinées à éliminer les graisses

Comme l'effleurage, le lissage, le meulage, le palper-rouler, le pétrissage, la pression, le tapotement et le massage par vibration, la friction fait partie des techniques de base du massage.

Contrairement à l'effleurage, elle s'applique avec une plus grande intensité de mouvements. Son action en profondeur permet notamment de dénouer les nœuds à l'origine des douleurs musculaires.

La chaleur produite pendant le massage fait également fondre les graisses qui sont ensuite évacuées via les voies naturelles de l'organisme.

La friction : de quoi s'agit-il ?

La friction est une technique de massage réalisée avec les bouts des doigts. Elle consiste à appliquer sur la zone de massage une pression plus ou moins intense selon l'effet voulu. Si l'effleurage n'a d'effet qu'au niveau de l'épiderme, la friction quant à elle permet d'agir à travers les différentes couches de la peau.

Cette action en profondeur lui offre d'ailleurs la capacité d'agir au niveau des muscles et des articulations ainsi que d'optimiser les flux sanguins et lymphatiques.

La friction en pratique

En pratique, la friction utilise une pression un peu plus intense par rapport à l'effleurage. Lors de son application, le masseur réalise une pression ferme en se servant des pointes de ses pouces.

Sous l'intensité de celle-ci, la peau bouge en surface et les nœuds musculaires se dénouent en profondeur. Pour les zones bien musclées, la pression des pouces s'avère insuffisante. Dans ce cas, le masseur peut se servir de ses poings afin que le massage ait plus d'efficacité.

La friction s'effectue avec les bouts des doigts suivant un mouvement circulaire rapide :

  • Le masseur effectue un va-et-vient dans un rayon d'action d'environ 3 cm en s'étalant progressivement sur la zone de traitement.
  • Lors de l'application, une partie de la peau bouge en suivant le déplacement des mains du masseur.
  • C'est grâce à ce mouvement que la friction peut mobiliser les fascias, les tendons, les ligaments et, bien sûr, les muscles.
  • Une friction régulière accompagnée d'un exercice physique adéquat est également indiquée pour faire fondre le tissu lipidique.

Friction : modalité d'application

Tout comme l'effleurage, la friction ne s'applique que sur une peau propre et en bonne santé. Selon l'objectif escompté par le patient, le masseur peut faire une friction à main nue ou se servir de gants de massage.

La durée de la friction dans une séance de massage est d'environ cinq minutes. Ce temps varie en fonction de l'effet voulu, l'étendue de la zone à traiter et la tolérance physique du massé.

Lors de la séance, l'intensité de la pression doit augmenter progressivement pour éviter tout désagrément. Une forte pression peut en effet provoquer des douleurs chez les personnes sensibles.

La friction : utilité et bienfaits

Le massage par friction permet de :

  • Décontracter les muscles.
  • Enlever les nœuds musculaires.
  • Soulager les douleurs.
  • Renforcer les ligaments et les tendons.
  • Stimuler le flux sanguin.
  • Optimiser le flux lymphatique.
  • Rendre les articulations plus souples.
  • Faire fondre les graisses en les brûlants.

La friction : quelles sont les contre-indications

Tout comme les autres techniques de massage, la friction ne peut être effectuée en cas :

  • D'ecchymoses.
  • D'œdème ou d'inflammation cutanée.
  • D'infection de la peau.
  • De rougeur de la peau.
  • D'intolérance à la friction.

Pour aller plus loin


Produits



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !